toggle
Accueil Publications Mireille DUTEIL
plus minus gleich

 

alt

Mireille DUTEIL


Les martyrs de Tibhirine


Spécialiste du monde arabe et de l’Afrique, Mireille Duteil, grand reporter et rédactrice-en-chef adjointe du service de politique étrangère de l’hebdomadaire Le Point, revient sur le massacre des sept moines trappistes du monastère de Tibhirine, en Algérie, et révèle les derniers éléments de l'enquête.

Ce drame a envenimé les conflits entre des politiques algériens et les islamistes, entre l’armée et les services de renseignements, choqué la population et perturbé les relations franco- algériennes. De nombreux Algériens ont vécu cet assassinat avec amertume. De nombreux Européens ont senti qu'un seuil avait été franchi dans le terrorisme à l'égard d'innocents amis de l'Algérie.

L'affaire débute le 27 mars 1996, à 1h 15 du matin, par l'enlèvement des moines dans leur monastère implanté en Afrique du nord depuis la première moitié du XIXe siècle.

Deux mois plus tard, un communiqué attribué au GIA (Groupe islamique armé) déclare : "Nous avons tranché la gorge des sept moines, conformément à nos promesses". L’annonce crée une onde de choc des deux côtés de la Méditerranée. Toutefois, rapidement, des doutes s’installent sur les véritables commanditaires de cet assassinat.

Vingt ans après les faits, un épais mystère enveloppe encore ce tragique événement. Sur fond de guerre civile et de relations mouvementées, Mireille Duteil a le mérite, dans son livre Les martyrs de Tibhirine, l'histoire d'un drame politico-religieux, de démêler les fils de cette sombre affaire.

L'ouvrage démonte l'imbroglio franco-algérien lié à cet assassinat ; il invite le lecteur à s'interroger sur l'avenir de l'Algérie si un jour la paix revenait sur ces rives de la Méditerranée.

Quelles seraient alors les relations entre les religions, entre les peuples? Par ce livre d'histoire et d'actualité la plus récente, Mireille Duteil élucide les ressorts religieux et politiques

d'un assassinat. Son livre est une mémoire nécessaire pour les Algériens comme pour les Français : mémoire politique, mémoire religieuse au service de l'option radicale des moines : la réconciliation, la paix

entre les peuples et les religions.

L’Église catholique a reconnu comme bienheureux Christian de Chergé et ses six compagnons, mais reste publiquement discrète sur les responsables de ce massacre.

----

Salvator, 2008, 18 €


 

Rechercher