toggle
Accueil Publications Vincent HERVOUET
plus minus gleich

alt


Vincent HERVOUËT

 

Ainsi va le monde...

100 chefs d'Etat à la question

 

 Pour mieux comprendre la mentalité des grands de ce monde en passant un moment très agréable, il faut se plonger dans la lecture de Ainsi va le monde, un livre de Vincent Hervouët, pionnier de l'information et directeur du service étranger de LCI. En outre, - ce qui ne gâte rien, - l'auteur est membre titulaire de l'Académie des Sciences d'Outre-mer.

Dans son livre, il passe à la question une centaine de chefs d'État et de gouvernement, mais ses constats et ses commentaires précis et cinglants sont plus instructifs et plaisants que les réponses de ses invités.

Hervouët à la parole facile, libre, provocatrice et… drôle. Ses auditeurs vont découvrir qu'il écrit aussi bien qu'il parle. Mêmes formules imagées, mêmes insolences qui révèlent la personnalité et les tics de ses interlocuteurs et qui apportent un peu d'air frais dans notre univers politique conformiste et ennuyeux.

À l'en croire, son talent oratoire qu'il a transposé avec bonheur dans son livre découlerait uniquement de sa pratique de l'outil audiovisuel.

 


"Scruter les Présidents est devenu chez moi une manie professionnelle", dit-il. Tous les présidents. Ceux qui sont bien élus et ceux qui trichent, les hommes faibles et les hommes d’État, les fébriles et les taiseux, ceux qui prétendent tutoyer l’histoire et les autres qui ne couchent qu’avec leur secrétaire… Au fil des années, j’ai interviewé une centaine de chefs d’État ou de gouvernement, démocrates sincères ou non, tyrans plus ou moins corrompus, guides suprêmes, souverains héréditaires. Et même un pape. En studio, en voyage, au palais, l’interview présidentielle est comme le lever du Roi à Versailles : le pouvoir se met en scène. Je l’ai examiné jusque dans les trous de nez, comme un médecin légiste. J’ai guetté l’instant de vérité avant l’épreuve, au cours de l’oral ou à l’instant de se démaquiller. "

Son ambition ? Montrer que ces personnalités avancent avec les moyens du bord, en s’infligeant une violence inouïe. "Dans le sauve-qui-peut général, ils s’accrochent. Quand ils ne décident plus ils déclament. Le pouvoir finit toujours par leur échapper. Ils improvisent dans l’urgence et l’histoire se termine mal", affirme-t-il.

Son constat : "Ce sont bien des types comme nous. "

Vincent Hervouët a poussé l'ironie en classant ses interlocuteurs par catégories : Tony Blair, Hugo Chavez, Bill Clinton, Laurent Fabius, Dominique de Villepin… dans le groupe des Beaux gosses ; Paul Biya, Omar Bongo, Abdelaziz Bouteflika, Jacques Chirac, Mouammar Kadhafi… dans Les Monuments historiques ; François Hollande, Dmitri Medvedev, Ange Rajoelina, Manuel Valls, chez Les Débutants ; Béji Caïd Essebi, Valéry Giscard d'Estaing, Benjamin Nétanyahou… chez Les Revenants ; Laurent Gbagbo, Paul Kagamé, Nicolas Sarkozy… chez Les Guerriers ; Ilyad Allaoui, Recep Tayyip Erdogan, Lionel Jospin, Moncef Marzouki… chez Les Furieux , Silvio Berlusconi, Emile Lahoud… chez Les Facétieux ; Gnassingbé Eyadema, Hosni Moubarak… chez Les Militaires : José Manuel Barroso, Romano Prodi, Michel Sleimane…chez Les Rois bourgeois ; Rafic Hariri, Noursoultan NazarbaIev, Rifaat al-Assad… chez Les Milliardaires.

Tous les portraits qui ont le mérite d'être brefs – deux ou trois pages au maximum – sont sans complaisance et, surtout, très drôles. Un régal.

 

---

Albin Michel, 2014, 298 pages, 19 euros

 

Rechercher